Déficit de soutien dans les départements et les programmes à l’UQO : des impacts directs sur les conditions de travail des professeures, professeurs

Déficit de soutien dans les départements et les programmes à l’UQO : des impacts directs sur les  conditions de travail des professeures, professeurs

Depuis quelques années déjà, nous avons vu apparaître dans le milieu universitaire un nouveau vocabulaire visant à décrire et à apprécier les volets « enseignement » et « recherche » : les étudiants sont devenus des « clients », les programmes doivent être « rentables », des activités doivent être retranchées de l’offre de cours si elles ne sont pas suffisamment « en demande », etc. La recherche doit être effectuée avec des « partenaires » et elle doit déboucher sur des « innovations commercialisables », etc.

Plus récemment, c’est le volet « Administration pédagogique » qui a fait l’objet d’une conversion à l’« université-entreprise ». Un professeur, directeur de son département, qui demandait à ce qu’une des « secrétaires volantes » soit rattachée à son département pour remplacer la secrétaire de son département absente pour raison de maladie, a observé ce glissement.

Voici des extraits d’un échange de courriels avec une personne cadre, affectée au vice-rectorat à l’enseignement et à la recherche :

Cadre du vice-rectorat à l’enseignement et à la recherche : j’ai vérifié la directive sur l’attribution des volantes et, comme je te le mentionnais ce matin, ça prend effectivement du budget pour pouvoir bénéficier d’une volante pendant le délai de carence lorsqu’il s’agit d’un congé de maladie (voir la 5e puce à la page 1). Cette contrainte est plus ou moins grande, puisque nous pourrions regarder dans ton budget pour voir quelles sommes pourraient être utilisées pour ce remplacement. 

Directeur de départementImpossible. Le budget du département a été coupé par rapport à l’an dernier et je ne vois aucune possibilité de couper ailleurs pour doter le poste de secrétaire pendant la période de carence. […]  Il appartient au VRAR et à la régie de dégager les sommes pour les dépenses incompressibles, celles qui relèvent de la mission. La décision de remplacer la secrétaire de direction d’un département n’est même pas une option, en particulier au début d’un trimestre. 

Cadre du vice-rectorat à l’enseignement et à la recherche : J’ai obtenu les données du service des ressources humaines : pour combler les frais reliés au délai de carence, tu peux prévoir un maximum de 1 185 $ par semaine (incluant les avantages sociaux). Bien entendu, pour l’attribution actuelle des secrétaires volantes, je t’invite à communiquer avec le service des ressources humaines puisque ce sont eux qui détiennent cette information. […] Maintenant, pour ton budget, je désire rectifier le tir. Il n’a pas été coupé, il a été réajusté : certains comptes à la hausse, d’autres à la baisse, comme pour le compte lié à l’embauche d’étudiants où un budget de 7 577,00 $ a été accordé en 15-16, et seuls 3 247,33 $ ont été dépensés. Le budget de cette année a été réajusté, et 5 579,17 $ ont été accordés. Toutes choses étant égales, il est possible qu’il y ait encore un solde cette année; ces fonds pourraient être utilisés pour couvrir les frais reliés au délai de carence. Une autre option aussi est que les frais de photocopies ont été exorbitants l’année dernière (7 556,97 $) malgré la présence de Moodle; ton budget lié aux fournitures et matériel a d’ailleurs été bonifié cette année, passant de 6 750 $ en 15-16 à 7 519 $ en 16-17. Si des stratégies étaient identifiées au département pour réussir à faire diminuer les frais de photocopies, une partie des fonds de fourniture et matériel pourrait aussi être dégagée pour pallier au délai de carence. Merci de m’aviser si tu désires retenir l’une ou l’autre de ces options.

Directeur : la proposiition (sic) qui est faite au département de […] consiste à rogner dans les conditions de travail des professeurs et chargé.es de cours pour payer une secrétaire remplaçante : photocopies, assitant.esd’enseignement.

Cet échange suscite des interrogations…

Les difficultés budgétaires de l’UQO sont-elles réelles?

L’UQO subit les compressions budgétaires du gouvernement, c’est indéniable. Mais l’UQO connait aussi une hausse de ses effectifs étudiants. Ainsi, l’UQO enregistre des hausses de ses revenus de fonctionnement d’année en année.

La hausse des revenus, jumelée à des contraintes budgétaires importantes (non remplacement des personnels de soutien, réduction des budgets d’auxiliaire d’enseignement, etc.), entraine l’inévitable : l’UQO dégage des surplus qui sont révélés, au fil des mois, à chaque année, comme le montre le tableau ci-dessous.

Analyse des prévisions budgétaires

Pour les années universitaires 2011-2012 à 2015-2016

Source des données

 

 

 

 

Année universitaire

(1)

Budget initial

(avril)

 

 

 

 

(2)

Budget révisé

(décembre)

 

 

 

 

(3)

Résultats selon les états financiers vérifiés

(septembre)

 

 

(4)

Écart favorable

(3) moins (1)

 

 

 

 

2011-2012 Revenus  69 780 400  $ 72 283 100 $ 73 374 832 $
Dépenses  70 671 200  $ 72 322 000 $ 67 244 341 $
(Déficit) Surplus  (890 800) $  (38 900) $  6 130 491  $  7 021 291  $
2012-2013 Revenus  75 224 500  $ 71 011 200 $ 71 712 906 $
Dépenses  75 422 200  $ 72 563 500 $ 68 628 631 $
(Déficit) Surplus  (197 700) $ (1 552 300 $) 3 084 275 $ 3 281 975 $
2013-2014 Revenus  72 474 800  $ 75 625 800 $ 79 085 541 $
Dépenses  74 135 900  $ 76 190 600 $ 71 163 463 $
(Déficit) Surplus  (1 661 100) $ (564 800 $) 7 922 078 $ 9 583 178 $
2014-2015 Revenus  79 366 500  $ 78 746 700 $ 80 289 751 $
Dépenses  79 925 200  $ 79 707 900 $ 77 229 269 $
(Déficit) Surplus  (558 700) $ (961 200 $) 3 060 482 $ 3 619 182 $
2015-2016 Revenus  80 021 500  $ 81 950 200 $ à venir
Dépenses  81 967 700  $ 82 807 200 $ à venir
(Déficit) Surplus  (1 946 200) $ (857 000 $) à venir à venir

C’est ainsi que les prévisions – généralement catastrophiques -, du budget initial adopté en avril, en viennent à être revues – pour le mieux! -, lors du dépôt du budget révisé en décembre. Quand les états financiers vérifiés sont publiés en septembre, on observe systématiquement des surplus et ces surplus sont immédiatement transférés au fonds d’immobilisations. C’est ce qu’on appelle les transferts interfonds : une stratégie de financement des immobilisations mise au jour par la FQPPU. Si letransfert de la subvention associée au campus de Saint-Jérôme est justifié (2 M $ par année), à l’UQO, le reste des transferts – entre 1,2 million et plus de 6 millions de dollars par année -, découle pour l’essentiel de décisions discrétionnaires de la direction d’investir dans divers projets d’immobilisations (chemin sur le campus Taché, remboursement accéléré de la dette, rénovation des résidences, etc.) au détriment du fonctionnement et du développement de la mission de l’UQO.

Quel devrait être le rôle des cadres du vice-rectorat à l’enseignement et à la recherche?

Devant les surplus réalisés d’année en année, il est difficile d’admettre le bien-fondé des affirmations et des calculs avancés dans l’échange rapporté ci-haut. Mais, plus difficile encore, est le fait de reconnaitre que ces affirmations et calculs sont relayés par une personne cadre affectée à l’enseignement et à la recherche.

Ne devrait-on pas être en droit de s’attendre à ce que l’équipe du Vice-rectorat à l’enseignement et à la recherche soit entièrement vouée à la défense et au soutien des départements et des programmes?

La dotation des postes de soutien et ses effets sur les conditions de travail des professeures, professeurs

L’échange suscite par ailleurs d’autres questionnements : quel est l’impact des vacances dans les postes de personnel de soutien sur nos conditions de travail, à quelques jours de la rentrée universitaire? La situation rapportée dans l’échange decourriel est elle isolée, singulière? Il semble que non, malheureusement. Des modules ont dû être fermés au cours des derniers mois et il arrive souvent que des postes de soutien demeurent vacants pour quelques semaines. Un autre directeur aux prises avec une vacance au poste de secrétaire de département pour raison de maladie a pour sa part averti qu’il transfèrera, au cabinet du Recteur, tous les courriels destinés à la secrétaire de département si la vacance se prolonge au-delà de la rentrée…

La rentrée universitaire à l’UQO s’annonce bien difficile. Nous vous invitons à rapporter au SPUQO toutes les situations de « non-soutien » et leurs impacts sur les conditions de travail des professeures, professeurs, voire sur la mission d’enseignement et de recherche.

Le conseil exécutif du SPUQO