RÉSOLUTION RELATIVE AU DÉCANAT DE LA RECHERCHE

RÉSOLUTION # AG-SPUQO-2019.09.25-01

ATTENDU que le développement de la recherche à l’UQO fait partie de la mission universitaire et doit être un enjeu majeur pour celle-ci ;

ATTENDU que la situation actuelle du décanat de la recherche fait état de plusieurs problèmes, dont certains de nature systémique ;

ATTENDU que la direction de l’UQO n’affecte pas les ressources financières et matérielles nécessaires au décanat de la recherche, et ce depuis sa création, de plus, sans prendre en considération le nombre de professeures et professeurs en augmentation, de même que le nombre de demandes de subventions ;

ATTENDU que la dotation des ressources humaines au décanat de la recherche est largement déficitaire pour répondre au soutien nécessaire pour les demandes et la gestion des subventions ;

ATTENDU la résolution #AG-SPUQO-2019.04.24-01 demandant la démission de la doyenne de la recherche madame Charmain Levy ;

ATTENDU la réponse du VRER, monsieur Alain Charbonneau, à cette résolution, contenue dans son courriel du 8 mai 2019 à l’intention de tous les professeures et professeurs, qui annonçait la tenue d’une évaluation portant sur « les pratiques, les procédures et les structures propices à une bonne gestion de la recherche », et que « [L] es travaux mentionnés plus haut de messieurs Morier et Lefebvre mèneront notamment à des recommandations touchant à des éléments des communications émanant du décanat. » ;

ATTENDU le refus du VRER, monsieur Alain Charbonneau, de rendre accessible le rapport d’évaluation découlant de cette démarche ;

ATTENDU l’écart entre les informations présentées en AG du 25 septembre 2019 et les promesses du VRER, monsieur Alain Charbonneau, dans son courriel du 8 mai 2019 ;

ATTENDU les demandes répétées de respecter la cogestion ;

ATTENDU le souhait de l’assemblée générale du SPUQO-CSN de faire de la recherche un enjeu pour la course au rectorat et le renouvèlement du mandat du VRERC (actuellement confié à monsieur Alain Charbonneau) ;

ATTENDU les discussions en séances ;

IL EST RÉSOLU

DE TRANSMETTRE cette résolution aux membres du comité de sélection constitué dans le cadre du concours visant à désigner une personne pour assumer le rectorat de l’UQO ;

DE TRANSMETTRE cette résolution aux personnes dont les candidatures seront retenues par le comité de sélection du concours visant à désigner une personne pour assumer le rectorat de l’UQO, afin qu’elles puissent s’engager à régler les problèmes du décanat de la recherche ;

DE MANDATER les représentantes et représentants des professeures, professeurs au conseil d’administration de revendiquer un réinvestissement adéquat en ressources financières, matérielles et humaines au décanat de la recherche à l’occasion de l’adoption du budget révisé pour l’année universitaire 2019-2020, lors de la séance du conseil d’administration qui se tiendra le 2 décembre 2019 ;

D’EXIGER l’accès intégral et immédiat au rapport rédigé par messieurs Morier et Lefebvre (« Rapport d’évaluation des pratiques et procédures du décanat de la recherche reliées à la gestion des fonds de recherche ») à toutes les professeures, tous les professeurs ;

D’EXIGER que soit créé un comité paritaire dont le mandat sera de poursuivre l’analyse de la situation au décanat de la recherche réalisée par messieurs Morier et Lefebvre ;

D’EXIGER que le mandat du comité paritaire soit élargi à l’analyse des problématiques du décanat de la recherche relatives au préoctroi des subventions et aux communications du décanat avec le corps professoral ;

D’EXIGER que le fonctionnement général du décanat de la recherche soit assuré pour les prochaines années ;

DE MANDATER le comité exécutif du SPUQO-CSN d’identifier et de mettre en œuvre tout moyen d’action qu’il juge pertinent pour assurer le développement de la recherche à l’UQO.

Adopté à l’unanimité.

LE SPUQO SOUTIENT LES PROFESSEURES ET PROFESSEURS DES COLLÈGES ONTARIENS

Suite au déclenchement d’une grève illimitée par le Syndicat des employé-e-s de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO), le SPUQO tient à exprimer sa solidarité pleine et entière aux professeures et professeurs des collèges ontariens. Nos 12 000 collègues se battent en particulier pour obtenir plus de postes permanents à temps complet (à l’heure actuelle, 70 % d’entre elles et eux sont à contrat et ne bénéficient d’aucune sécurité d’emploi) et le contrôle du contenu de leurs enseignements et de leurs recherches. La qualité des conditions de travail et la liberté académique étant au cœur des valeurs du SPUQO, nous ne pouvons que soutenir les membres du SEFPO qui subissent les conséquences de l’application du modèle managérial à l’enseignement supérieur. Leur lutte est la nôtre.