Sans consultation ni description de tâches, l’UQO nomme une vice-rectrice

Gatineau, le 11 mai 2018 – Un conseil d’administration (CA) extraordinaire de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) s’est tenu le 10 mai 2018. Le CA a créé le Vice-Rectorat au développement au Campus de Saint-Jérôme et a nommé à sa tête Sylvie de Grosbois, qui est l’actuelle vice-rectrice à l’enseignement et à la recherche.

Le Syndicat des chargées et chargés de cours (SCCC-UQO) et le Syndicat des professeures et professeurs (SPUQO) s’inquiètent de la situation. En effet, contrairement à l’esprit et à la lettre de la règlementation en vigueur à l’UQO, aucune consultation n’a été faite sur cette nomination. De plus, les responsabilités du nouveau Vice-Rectorat au campus de Saint-Jérôme ne sont pas clairement définies et pourraient entrer en conflit avec celles des deux autres vice-rectorats de l’UQO.

« Le conseil d’administration de l’UQO ne joue pas le rôle qu’il devrait jouer. Alors que les postes de vice-recteur à l’enseignement et à la recherche, de vice-recteur adjoint des Laurentides, de doyen des études et de doyen de la recherche exigent des consultations, le CA a refusé qu’il en soit de même pour le nouveau poste », a affirmé Marie-Josée Bourget, présidente du SCCC-UQO.

« En supposant que la création du nouveau vice-rectorat soit justifié, il aurait été requis qu’un appel à candidatures soit fait. Aussi, les membres de la communauté universitaire auraient dû être consultés avant de doter ce poste » a soutenu Louise Briand, présidente du SPUQO et représentante des professeures et professeurs au conseil d’administration de l’Université.