Invitation au lancement d’un ouvrage sur le printemps érable en Outaouais censuré par la direction de l’UQO

Invitation au lancement d’un ouvrage sur le printemps érable en Outaouais censuré par la direction de l’UQO

Le lancement officiel de l’ouvrage collectif Tisser le fil rouge. Le printemps érable en Outaouais – récits militants, paru depuis le 10 septembre 2014 chez M Éditeur, aura lieu le mercredi 1er octobre 2014, au Café le Tonik (pavillon Alexandre-Taché) à partir de 16 h 30.

Les professeures Francine Sinclair, Stéphanie Demers et le professeur Guy Bellemare, coordonnateurs de ce livre, invitent toute la communauté universitaire à venir découvrir les quarante-deux contributions proposées par des étudiant.es, des professeur.es, de l’UQO et du CEGEP de l’Outaouais, ainsi que par des militant.es. Ces auteurs témoignent, analysent, remettent en question certains poncifs, tout en tissant le fil rouge de la solidarité pour une éducation de qualité et accessible au plus grand nombre. L’ouvrage est déjà disponible en librairie (en magasin ou en ligne).

Par ailleurs, l’information relative au lancement de ce livre ne figure pas dans les annonces de l’UQO, parce que la Direction des communications et du recrutement (DCR) a refusé d’en annoncer la publication sur la page web de l’UQO tels que lui avaient demandé les professeurs responsables de la coordination de l’ouvrage et un professeur contributeur. Ce refus de publication a été entériné par le Vice-rectorat à l’enseignement et à la recherche (VRER), sollicité par les professeurs concernés afin d’éclaircir ce qui semblait être de la censure, compte tenu de la Politique actuelle du site web.

Les raisons évoquées par la direction pour justifier cette posture censurante ont varié au fil des échanges de courriels : d’abord, l’annonce du lancement ne « cadr[ait] pas avec l’utilisation générale du site de l’UQO » ; puis le refus est nécessaire « par obligation de réserve institutionnelle de déférence envers les tribunaux [et par choix de] ne pas émettre d’informations partisanes et militantes sur le conflit étudiant de 2012 ».

Au moment d’écrire ces lignes, les coordonnateurs apprenaient que l’annonce de la publication du livre a aussi été retirée de la page Facebook de la bibliothèque de l’UQO.

De quoi s’interroger sur la portée de ce principe tiré de la Politique relative au site web de l’UQO actuellement en vigueur : « Le site Web doit refléter les valeurs institutionnelles, dans le respect de la diversité et de la pluralité intellectuelle qui caractérisent un environnement universitaire, de même qu’avec la liberté académique et artistique.» (p.4).

Réponse de la Ligue des droits et libertés à la décision de censure de l’UQO (29 septembre 2014)