Activités Journée internationale des femmes

Dans le cadre de la Journée internationale des femmes, les comités de la condition féminine du SPUQO et du SCCC-UQO sont heureux de vous inviter à participer à des événements qui se tiendront à Gatineau et à Saint-Jérôme.


À Gatineau, le 13 mars, de 11h45 à 13h00 au café le Tonik du pavillon Alexandre-Taché, une conférence intitulée « Mobilisation contre la dégradation des conditions de travail et des services sociaux et de santé en Outaouais » sera présentée par Josée McMillan, présidente du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de la santé et des services sociaux de l’Outaouais (STTSSO- CSN), ainsi que par une préposée aux bénéficiaires. 

À Saint-Jérôme, le 13 mars, de 11h35 à 12h25 au local J-3100, venez assister à la conférence intitulée « S’engager, s’impliquer et oser au féminin » de Me Amélie Chouinard, associée au cabinet d’avocats et d’avocates Prévost Fortin Daoust dans les Laurentides.


À Gatineau, le 13 mars, de 17h00 à 19h00 au local B-1210 du pavillon Alexandre-Taché, aura lieu une projection du film « Femmes du Chaos vénézuélien » suivie d’une conférence intitulée « Feminicidio, violence de genre extrême dans les Amériques » proposée par Miriam Hatabi, étudiante à la maitrise en science politique à l’Université d’Ottawa.

À Saint-Jérôme, le 13 mars, de 17h00 à 19h00 au local J-S101, aura lieu une projection du film « Femmes du Chaos vénézuélien » suivie d’une séance de discussion avec l’auditoire

Les comités syndicaux de la condition féminine du SPUQO et du SCCC-UQO vous invitent en grand nombre.

Qui gagne, perd…

La semaine dernière, nous avons reçu une sentence arbitrale malheureuse relative aux dégagements de recherche prévus à la clause 10.13 de la convention collective. Cette sentence attribue un pouvoir discrétionnaire à la vice-rectrice à l’enseignement et à la recherche (VRER), soit celui de ne pas octroyer tous les dégagements de recherche prévus à cette clause, ceci en dépit de la recommandation du comité de la recherche.

Depuis une dizaine d’années, les VRER, messieurs Denis Harrisson et Denis Dubé avaient toujours appliqué la clause 10.13 de la convention collective en octroyant le maximum de dégagements à la recherche prévus (équivalent à 15% du nombre de postes de professeures, professeurs), favorisant ainsi le développement de la recherche. En 2018, pour la première fois, une VRER, madame Sylvie De Grosbois, a décidé de limiter l’octroi des dégagements en recherche à 10% seulement, priorisant ainsi des économies discutables au détriment du développement de la recherche.  

Quel chemin suivra maintenant le nouveau vice-recteur à l’enseignement et à la recherche, Alain Charbonneau, lors du prochain concours (2019-2020) : celui de favoriser la recherche ou celui de maximiser les économies ?

Somme toute, si la direction a gagné ce grief, l’institution toute entière en sort perdante.

Cordialement,

Le comité exécutif